• Roses
  • Auberge de la Fleur de Lys
  • Orvilliers
  • Houdan sente de la Cavée
  • Montchauvet

Houdan

Retour >>

Le Houdanais est une région qui a aussi bien préservé son patrimoine bâti que son environnement naturel... Échappez-vous le temps de quelques heures, d'un week-end ou d'un séjour de découverte. Vous découvrirez une région verdoyante, calme, aux portes de la région Ile de France.

Houdan

Bien que l’on retrouve des traces remontant à l’Antiquité, la région de Houdan fut vraiment peuplée à partir du Ve siècle. Sa forme de « castrum » en hauteur lui conférait à l’époque une réelle position stratégique.

Quelques mots sur Houdan

À partir de l’an 1000, sous l’influence des seigneurs de Montfort, Houdan se développe et prend de l’importance. Les nombreuses guerres avec le Roi d’Angleterre poussent Amaury III de Montfort à ériger un donjon de pierre, entouré d’une enceinte et d’une muraille. L’un de ses descendants, Simon IV de Montfort, élève de nouvelles fortifications au XIIIe siècle, dont il ne reste à ce jour aucune trace. Dès cette époque, la ville de Houdan devient une place commerçante très importante. Au XVIe siècle, les fortifications de la ville sont étendues. On retrouve trace de ces fortifications à ce jour, rue des remparts (Tour Guinant) et en contrebas de la ville, chemin de la Croix aux Pèlerins (Tour Jardet et Tour de l’Abreuvoir).

À l’époque de la Révolution Française, le houdanais devient le grenier à blé de la capitale. L’un des plus importants marché au blé d’Ile-de-France y a d’ailleurs lieu. Le commerce de la laine et des plantes médicinales s’y développe également. Rappelez-vous la mélodie de la publicité pour la « Boldoflorine » : celle-ci naquit et se développa grâce à la famille Fouché à Houdan. Houdan est également célèbre pour son marché aux volailles où, pendant longtemps, on pouvait acquérir la célèbre Poule de Houdan, réputée pour la succulence de sa chair.

 

Et aujourd’hui…

Il reste quelques traces de cette histoire.

LE DONJON

Donjon Houdan

Le témoignage le plus important de cette histoire est le donjon, qui après toutes ces années, se dresse toujours fièrement au-dessus de la ville. Cette tour fut bâtie entre 1125 et 1132 sous le règne d'Amaury III, Comte de Monfort et avait pour fonction de guetter les ennemis et de défendre la ville. Le donjon est constitué d'une tour de 15m de diamètre et de 25m de haut, flanquée de 4 tourelles de même hauteur situées aux 4 points cardinaux. La porte d'accès, située à 6m du sol était le seul accès à la grande salle du 1er étage réservée au chef militaire.

A partir du XVIe siècle, le donjon servait de prison et les exécutions avaient lieu au pied de la Tour.

En 1880, une première réserve d'eau y fut installée, remplacée dans les années 70 par une seconde.

Actuellement en rénovation, le donjon de Houdan devrait ouvrir ses portes au public au printemps 2016.

 

L'EGLISE SAINT-JACQUES SAINT-CHRISTOPHE

Eglise Houdan

Ne manquez pas non plus un détour par l’église Saint-Jacques Saint-Christophe. Célèbre pour ses orgues Cliquot (1734), vous pourrez également y admirer la fresque relatant le pèlerinage des houdanais à Montserrat datant de 1582 et l'inscription sur le linteau du portail datant de la Révolution : « Le peuple français reconnaît l’existence de l’être suprême et de l’immortalité de l’âme ».

Construite au XIIIe siècle, elle bénéficia de travaux de "reconstruction" jusqu'en 1777, ce qui explique l'originalité de son architecture.

 

LES AUBERGES

Ecu de France

Houdan fut aussi une grande ville étape, en témoignent les façades en pans de bois des anciennes auberges des XVIIe/XVIIIe siècles. Sachez que l’une d’entre elle, l’Auberge du Plat d’Etain, fut marquée par l’affaire Seznec puisque c’est là que Guillaume Seznec et Pierre Quémeneur passèrent leur dernière soirée avant que ne disparaisse Quémeneur… L'auberge de l'Ecu de France, située rue de Paris, fut quant à elle la plus ancienne et importante auberge de Houdan. Les fleurs de Lys de l'auberge éponyme rappelent de leur côté le passage dans la ville de Louis XVI le 21 juin 1786.

 

LA BOLDOFLORINE

Boldoflorine

Au milieu du XIXe siècle, Pierre Fouché ouvrit un bistrot puis devint marchand de vin en gros et produisit rapidement ses propres alcools, et notamment du Guignolet Houdanais, du cidre et de l'absinthe, dont la plante de base était cultivée dans les champs alentours. L'absinthe ayant été interdite en 1915, la production fut réorientée vers les produits pharmaceutiques et les tisanes. la célèbre tisane Boldoflorine fut un gros succès commercial, relayé sur les ondes par le célèbre slogan "si votre foie vous taquine, prenez de la Boldoflorine !". La production cessa en 1999 et l'ancienne usine Fouché fut réhabilitée en logements et bureaux en 2005 dans le bâtiment d'origine.

 

A VOIR EGALEMENT

Les Tours Jardet, de l'Abreuvoir et Guinant, vestiges de l'enceinte du XVIe siècle.

Tour Jardet

 

La Croix aux Pélerins, élevée en hommage aux premiers pélerins partis de Houdan pour Montserrat en 1582. De cet endroit, nous pourrez admirer une très jolie vue sur la ville.

Chemin croix aux pélerins

 

L'hôpital de Houdan fut construit en lieu et place de l'ancien Hôtel Dieu. Ce dernier succéda à la léproserie, située au nord de la ville et qui ferma en 1560 après la disparition de la lèpre.

Hôpital Houdan

 

L'hôtel de ville fut installé dans une ancienne demeure de notable du XVIIe siècle, après avoir occupé pendant près d'un siècle le centre administratif, ancienne auberge du Grand Amiral (actuellement en cours de restauration).

Mairie Houdan